Résultats de la recherche :

section.article.39.title

section.article.2.title

section.article.3.title

section.article.4.title

section.article.6.title

section.article.9.title

section.article.10.title

section.article.11.title

section.article.12.title

Harkis (Unitaire)

Les corps solides (6x52 min)

Mitterrand à Vichy

Point Nemo (4x52 min)

Villa Jasmin (Unitaire)

test ajout prod

Plus tard tu comprendras (Unitaire)

Je vous ai compris, De Gaulle 1958 - 1962

Changer la vie

Roses à crédit (Unitaire)

Un Flic (Unitaire)

Rapace (Unitaire)

Le Bal des Secrets (2x52')

Mafiosa (5 saisons 8x52')

3xManon (3x52')

Presque comme les autres (Unitaire)

Manon 20 ans (3x52')

La Consolation (Unitaire)

Une Ile (6x52')

Paris-Brest (Unitaire)

Les Hautes Herbes (3x52')

La fille qu'on appelle (Unitaire)

Sortie à venir "Les Hautes Herbes" de Jérôme Bonnell - Mini-série Arte

SORTIE A VENIR...

 

LES HAUTES HERBES, série 3X52’ écrite et réalisée par Jérôme Bonnell.

Interprètes principaux : Emmanuelle Devos, Louise Chevillotte, Jonathan Couzinié, India Hair, Antonin Chaussoy, Lazare Gousseau…

Diffuseur : Arte

 

SYNOPSIS

 

« Les Hautes Herbes » pourrait se définir comme un thriller « sur la pointe des pieds ». L’été, Jules, 10 ans, est accueilli, à la campagne, par un jeune couple, car sa mère a été accidentée. Comment trouver sa place dans un village dont les habitants sont secoués par de profonds antagonismes ; comment ne pas craindre ce qui se cache derrière les hautes herbes ?

 

DATE DE DIFFUSION

 

Prochainement, en attente de diffusion

Vous serez peut-être intéressé par…

2 séries en préparation

8 février 2023

  2 séries sont actuellement en préparation :   PLAINE ORIENTALE   Série Canal 8x52 min Ecrite par Pierre Leccia et Aurélie Teisseire Réalisée par Pierre Leccia Tournage prévu du 3 avril au 23 août en Corse (Bastia et alentours)   Pitch : Quand REDA sort de la prison de Borgo, il espère renouer avec ses amis corses de toujours. Mais le nouveau parrain ne veut pas de lui, trop arabe pour les corses. Dans la cité, on se méfie aussi de lui, trop corse pour les arabes. Sa demi-sœur qu’il connaît à peine, nommée juge au nouveau Pôle anti-mafia à Bastia, lui propose un marché à haut risque pour tous les deux.     LE MONDE N'EXISTE PAS   Mini-série Arte 4x42 min Ecrite par Erwan Le Duc avec la collaboration de Mariette Désert Réalisée par Erwan Le Duc Tournage prévu du 15 mai jusqu'au 7 juillet   Pitch : Un journaliste, persuadé que son ami d’enfance n’est pas le criminel que la presse dénonce, revient dans la ville où il a grandi et qu’il a fuie.

La fille qu'on appelle : diffusion à venir

8 février 2023

  Tourné du 1er au 30 juin à Marseille et alentours, le film Arte "La fille qu'on appelle" réalisé par Charlène Favier est enfin finalisé et prêt à être diffusé. Distribution : Mediawan Rights. Date de diffusion : à venir   L'histoire est tirée du roman éponyme de Tanguy Viel paru aux Éditions de Minuit et sélectionné pour le Goncourt 2021.   La réalisatrice en signe l'adaptation avec Antoine Lacomblez (Jeux d'influence). On retrouve au casting de ce thriller sur les mécanismes de l'emprise Alba Gaïa Bellugi (3 X MANON, Inexorable), Jean Pierre Martins (Baron noir, Antoinette dans les Cévennes), Patrick d'Assumçao (Cheyenne et Lola, L'inconnu du lac) et Pascal Greggory, récemment à Cannes pour Un beau matin. Laura (Alba Gaïa Bellugi), vingt ans, revient au pays pour retrouver son père Max (Jean-Pierre Martins), ancien boxeur et chauffeur du maire, Quentin le Bars (Pascal Greggory). Pour faciliter son installation, Max demande au maire d'aider sa fille à trouver un logement... Entre Laura et Quentin le Bars, l'engrenage perfide du désir et de la fascination ne tarde pas à se mettre en place.   Sous la forme de flash-backs des étreintes et des rencontres, l'intrigue de La fille qu'on appelle se déroule comme une plaidoirie mêlant injustice sociale et arrogance politique. Une fiction tendue et percutante sur l'emprise psychologique : qui domine, qui se soumet, qui se révolte ?

Lancement du tournage "La fille qu'on appelle" - Film de Charlène Favier pour ARTE

8 février 2023

Charlène Favier commence le tournage d'un unitaire pour Arte.   Après son très remarqué premier film, Slalom, sélectionné à la Semaine de la Critique en 2020, sélectionné aux César et primé à Angoulème et Deauville, la réalisatrice et scénariste revient à la mise en scène, cette fois pour la télévision.Du 1er au 30 juin, Nicole Collet - Image & Compagnie, une société du groupe Mediawan, annonce le tournage d'un nouvel unitaire pour Arte, La fille qu'on appelle pour Arte, avec le soutien de la Région Sud en partenariat avec le CNC,et la PROCIREP, et la participation de TV5 MONDE. Il est adapté du roman de Tanguy Viel La fille qu’on appelle (Les Éditions de Minuit) sorti à l’automne 2021, qui avait rencontré un grand succès critique.   La fille qu’on appelle raconte l'histoire de Laura, vingt ans, fort belle et démunie, qui revient au pays pour retrouver son père Max, ancien boxeur et chauffeur du maire, Quentin le Bars, la soixantaine. Pour faciliter son installation, Max demande au maire d'aider sa fille à trouver un logement...Entre Laura et Quentin le Bars, l'engrenage perfide du désir et de la fascination ne tarde pas à se mettre en place. A partir des corps, l'histoire se déroule comme une plaidoirie mêlant injustice sociale et arrogance politique. Haletant et vif, ce thriller minimaliste épouse l'emprise psychologique et pose la question de qui domine, qui se soumet et se révolte aussi...   L' adaptation du roman est signée Antoine Lacomblez et Charlène Favier alors que les dialogues sont aussi signés par Antoine Lacomblez. La fille qu’on appelle réunit Alba Gaïa Bellugi, Jean-Pierre Martins, PascalGreggory, Patrick D’Assumçao, Anne Suarez, Omar Mebrouk et Agnès Regolo.   Cet unitaire sera distribué par Mediawan Rights.   Francois-Pier Pelinard-Lambert (Le Film Français)

Les Hautes Herbes : "Un conte d'été doublé d'un thriller minimaliste"

8 février 2023

ARTICLE DU MONDE (06/01/2022) "Les Hautes Herbes n’ont finalement de série que le nom. Le découpage en trois parties de ce qui aurait pu être unfilm de télévision – les trois épisodes sont d’ailleurs diffusés à la suite – ne semble avoir d’autre raison que de ménager un bref instant de respiration, juste le temps de se dire que, oui, cela vaut le coup de continuer à regarder. La mini-série de Jérôme Bonnell ressuscite en cela une forme de soirée télé à l’ancienne, et c’est ici un compliment.   Pour raconter cette histoire de meurtre dans une petite ville de Touraine, le cinéaste convoque discrètement les fantômes du Grand Chemin et de L’Effrontéé et pose sa caméra à hauteur d’enfant. Jules, un garçon taciturne, est confié aux bons soins d’un jeune couple pendant que sa mère se remet d’un grave accident de la route. Lucile est journaliste et couvre la fermeture d’une usine qui nourrit la colère des « gilets jaunes » locaux. C’est l’été, elle inscrit Jules au club de foot pour l’occuper pendant qu’elle travaille. Son taiseux de mari, Glenn, a quitté la police après la mort de son père et meuble ses journées en vidant la maison familiale. D’abord ombrageux, il se laisse finalement attendrir par l’enfant.   Jérôme Bonnell a eu l’excellente idée de confier ces rôles à deux acteurs surdoués mais dont le visage n’est pas familier du public. Louise Chevillotte (découverte dans L’Amant d’un jour, de Philippe Garrel) donne à son personnage de jeune mariée à peine sortie de l’adolescence l’aplomb d’une mère de famille. Dans le rôle de Glenn, Jonathan Couzinié déconstruit subtilement la figure du beau ténébreux.   Epaisseur des personnages   Le fragile équilibre de cette famille éphémère est ébranlé par la disparition de Mounir, un saisonnier dont personne ne se souciait jusqu’à ce que la mère de Lucile, Eve (Emmanuelle Devos, parfaite en bourgeoise opiniâtre), ne pousse la police à enquêter. Le conte d’été se transforme alors en un thriller minimaliste sur fond de violence sociale et de rivalités familiales. Mais l’épaisseur des personnages, y compris secondaires –India Hair en garde champêtre sensuelle, Lazare Gousseau en hurluberlu dépressif et alcoolique –, empêche, d’une certaine façon, que l’on s’intéresse à l’intrigue. D’ailleurs, le dénouement ne convaincra pas forcément : trop peu d’indices ont été semés et la série perd de son pouvoir de fascination lorsqu’elle s’ouvre à la violence physique. Mais il faut bien conclure, et c’est dommage, car on aurait bien passé un peu plus de temps avec ces comédiens que Jérôme Bonnell dirige avec beaucoup de soin et de justesse.   Sans tomber dans le naturalisme, sa réalisation accorde une large place au travail sur les lumières, sur le son, les visages et la peau. Ce travail donne une couleur particulière aux Hautes Herbes et nimbe ses personnages d’une sensualité délicate. La simplicité de la mise en scène fait, en outre, que la série donne l’impression de ne pas placer ses enjeux au-dessus du reste. L’histoire se joue aussi sur les routes qui serpentent entre les champs de tournesol, dans le salon où Jules boit des grenadines en écoutant parler les adultes, et dans le lien fugace et vital qu’il lie avec Lucile pour conjurer la peur de la mort."   Audrey Fournier