Résultats de la recherche :

section.article.39.title

section.article.2.title

section.article.3.title

section.article.4.title

section.article.6.title

section.article.9.title

section.article.10.title

section.article.11.title

section.article.12.title

section.article.13.title

section.article.14.title

section.article.15.title

section.article.16.title

2006 - Harkis (Unitaire)

2008 - Mitterrand à Vichy

2009 - Villa Jasmin (Unitaire)

test ajout prod

2009 - Plus tard tu comprendras (Unitaire)

2010 - Je vous ai compris, De Gaulle 1958 - 1962

2011 - Changer la vie

2011 - Roses à crédit (Unitaire)

2007 à 2012 - Un Flic (Unitaire)

2012 - Rapace (Unitaire)

2013 - Le Bal des Secrets (2x52')

2006 à 2014 - Mafiosa (5 saisons 8x52')

2014 - 3xManon (3x52')

2015 - Presque comme les autres (Unitaire)

2017 - Manon 20 ans (3x52')

2017 - La Consolation (Unitaire)

2020 - Une Ile (6x52')

2021 - Paris-Brest (Unitaire)

2022 - Les Hautes Herbes (3x52')

2023 - La fille qu'on appelle (Unitaire)

Le monde n'existe pas (4x45' - En attente de diffusion)

Plaine Orientale (8x52' - En attente de diffusion)

Les Hautes Herbes : "Un conte d'été doublé d'un thriller minimaliste"

ARTICLE DU MONDE (06/01/2022)

"Les Hautes Herbes n’ont finalement de série que le nom. Le découpage en trois parties de ce qui aurait pu être unfilm de télévision – les trois épisodes sont d’ailleurs diffusés à la suite – ne semble avoir d’autre raison que de ménager un bref instant de respiration, juste le temps de se dire que, oui, cela vaut le coup de continuer à regarder. La mini-série de Jérôme Bonnell ressuscite en cela une forme de soirée télé à l’ancienne, et c’est ici un compliment.

 

Pour raconter cette histoire de meurtre dans une petite ville de Touraine, le cinéaste convoque discrètement les fantômes du Grand Chemin et de L’Effrontéé et pose sa caméra à hauteur d’enfant. Jules, un garçon taciturne, est confié aux bons soins d’un jeune couple pendant que sa mère se remet d’un grave accident de la route. Lucile est journaliste et couvre la fermeture d’une usine qui nourrit la colère des « gilets jaunes » locaux. C’est l’été, elle inscrit Jules au club de foot pour l’occuper pendant qu’elle travaille. Son taiseux de mari, Glenn, a quitté la police après la mort de son père et meuble ses journées en vidant la maison familiale. D’abord ombrageux, il se laisse finalement attendrir par l’enfant.

 

Jérôme Bonnell a eu l’excellente idée de confier ces rôles à deux acteurs surdoués mais dont le visage n’est pas familier du public. Louise Chevillotte (découverte dans L’Amant d’un jour, de Philippe Garrel) donne à son personnage de jeune mariée à peine sortie de l’adolescence l’aplomb d’une mère de famille. Dans le rôle de Glenn, Jonathan Couzinié déconstruit subtilement la figure du beau ténébreux.

 

Epaisseur des personnages

 

Le fragile équilibre de cette famille éphémère est ébranlé par la disparition de Mounir, un saisonnier dont personne ne se souciait jusqu’à ce que la mère de Lucile, Eve (Emmanuelle Devos, parfaite en bourgeoise opiniâtre), ne pousse la police à enquêter. Le conte d’été se transforme alors en un thriller minimaliste sur fond de violence sociale et de rivalités familiales.

Mais l’épaisseur des personnages, y compris secondaires –India Hair en garde champêtre sensuelle, Lazare Gousseau en hurluberlu dépressif et alcoolique –, empêche, d’une certaine façon, que l’on s’intéresse à l’intrigue. D’ailleurs, le dénouement ne convaincra pas forcément : trop peu d’indices ont été semés et la série perd de son pouvoir de fascination lorsqu’elle s’ouvre à la violence physique. Mais il faut bien conclure, et c’est dommage, car on aurait bien passé un peu plus de temps avec ces comédiens que Jérôme Bonnell dirige avec beaucoup de soin et de justesse.

 

Sans tomber dans le naturalisme, sa réalisation accorde une large place au travail sur les lumières, sur le son, les visages et la peau. Ce travail donne une couleur particulière aux Hautes Herbes et nimbe ses personnages d’une sensualité délicate. La simplicité de la mise en scène fait, en outre, que la série donne l’impression de ne pas placer ses enjeux au-dessus du reste. L’histoire se joue aussi sur les routes qui serpentent entre les champs de tournesol, dans le salon où Jules boit des grenadines en écoutant parler les adultes, et dans le lien fugace et vital qu’il lie avec Lucile pour conjurer la peur de la mort."

 

Audrey Fournier

 

Vous serez peut-être intéressé par…

« Le monde n'existe pas » en Compétition Officielle au Festival Séries Mania 2024 (Compétition française)

21 juillet 2024

La série "Le monde n'existe pas" d'Erwan Le Duc est sélectionnée en compétition officielle du Festival Séries Mania 2024 (Compétition française). Les deux premiers épisodes seront projetés le dimanche 17 mars à 17h à l'UGC Ciné Cité de Lille lors d'une projection publique.   Dans cette adaptation du roman éponyme de Fabrice Humbert, Erwan Le Duc (La Fille de son père, Sous Contrôle, Perdrix) nous entraîne dans l’enquête burlesque et introspective d’un journaliste, incarné par Niels Schneider, persuadé que son amour de jeunesse est innocent du crime dont on l’accuse.   Avec Niels Schneider, Maud Wyler, Julien Gaspar-Oliveri, Anne Rotger, Saadia Bentaïeb, Nicolas Chupin de la Comédie Française, Georgia Scalliet, Mwanza Goutier, Margot Alexandre, Roman Villedieu, Noé Stanic, Théo Costa Marini...

"La fille qu'on appelle" : Diffusion le vendredi 13 octobre à 20h55 sur ARTE

21 juillet 2024

  LA FILLE QU'ON APPELLE   Dans une ville du Midi, une jeune femme devient la proie d'un élu sans scrupules...   Par Charlène Favier ("Slalom"), un drame percutant sur l’emprise, adapté du roman éponyme de Tanguy Viel (Les Editions de Minuit).   Avec Alba Gaïa Bellugi, Pascal Greggory, Jean-Pierre Martins, Patrick d'Assumçao, Anne Suarez, Omar Mebrouk, Agnès Regolo...   "J'étais 'la fille qu'on appelle'", résume Laura Corre aux policiers que le hasard a désignés, ce matin-là, pour recueillir sa plainte contre Quentin Le Bars. Puis, comme ce duo conforme à la tradition (une méchante, un gentil) manifeste son incompréhension, elle ajoute : "C'est comme ça qu'on dit, non ? Une call-girl." Ministre depuis peu, l'homme a longtemps été le maire de cette ville de la côte où Laura a grandi, et où elle est revenue vivre après quelques années de galère à Paris. Hébergée par son père, Max, chauffeur de l’édile et ancien boxeur, elle s’est apprêtée pour le rendez-vous que celui-ci lui avait arrangé avec son patron afin de l'aider à obtenir un logement. Le maire, qui a plus du double de son âge, a décelé d'emblée une proie dans la jeune femme gracile, à la fois affranchie et intimidée par son pouvoir, qui est entrée dans son bureau. Il a demandé à l'un de ses obligés, le gérant du casino local, d'octroyer à Laura l'un des studios sous les toits, et un travail derrière le bar : une prétendue faveur qu’elle paiera cher. C'est aussi au casino que Max, à ses risques et périls, est remonté sur le ring pour un combat amateur qu'il rêvait de remporter…  Mécanique Sous la forme d'un flash-back, de plus en plus éprouvant au fil de la déposition de Laura, Charlène Favier transpose de la Bretagne à la côte méditerranéenne baignée par la lumière aveuglante de l’été le roman éponyme de Tanguy Viel. La réalisatrice de Slalom, film largement autobiographique présenté en sélection officielle à Cannes en 2020, expose les mécanismes de la domination et de l'emprise, qui contraignent d'abord son héroïne à subir en silence. Face à Pascal Greggory, aussi convaincant que glaçant en abuseur sans scrupules, Alba Gaïa Bellugi, inoubliable Manon, insuffle à son personnage un étonnant mélange de détermination et de fragilité. Les liens silencieux qui l'unissent à son père (Jean-Pierre Martins, lui aussi excellent) offrent un contrepoint délicat à la violence feutrée de ce récit tendu.      Réalisation Charlène Favier   Scénario Charlène Favier Antoine Lacomblez   Dialogues Antoine Lacomblez   Production Image & Compagnie - Nicole Collet ARTE France     DIFFUSION LE VENDREDI 13 OCTOBRE à 20H55 SUR ARTE

«La fille qu'on appelle» en Compétition Officielle au Festival de la Fiction 2023

21 juillet 2024

    "La fille qu'on appelle" de Charlène Favier est sélectionné en compétition officielle du Festival de la Fiction 2023. Le film sera projeté le vendredi 15 septembre 2023 à 14h au Cinéma "Le Dragon" sur le port de la Rochelle.   Laura, vingt ans, fort belle et démunie, revient au pays pour retrouver son père Max, ancien boxeur et chauffeur du maire, Quentin le Bars, la cinquantaine. Pour faciliter son installation, Max demande au maire d'aider sa fille à trouver un logement... Sous la forme de flash-backs des étreintes et des rencontres, l'intrigue de La fille qu'on appelle se déroule comme une plaidoirie mêlant injustice sociale et arrogance politique. Une fiction tendue et percutante sur l'emprise psychologique : qui domine, qui se soumet, qui se révolte ?   Avec Alba Gaïa Bellugi, Pascal Greggory, Jean-Pierre Martins, Patrick D'Assumçao, Anne Suarez, Omar Mebrouk, Agnès Regolo...

Début de tournage pour la série "PLAINE ORIENTALE" de Pierre LECCIA

21 juillet 2024

COMMUNIQUÉ DE PRESSE CANAL + Paris, le 21 avril 2023   CRÉATION ORIGINALE CANAL+ BIENTÔT EN TOURNAGE : PLAINE ORIENTALE, LA NOUVELLE SÉRIE POLAR SIGNÉE PIERRE LECCIA   CANAL+ annonce le tournage de la nouvelle série PLAINE ORIENTALE, une Création Originale CANAL+. Créée et réalisée par Pierre Leccia, la série est écrite par Pierre Leccia et Aurélie Teisseire et produite par Nicole Collet pour Image et Compagnie (Mediawan). Ce polar met en scène Reda et Ines, incarnés par Raphaël Acloque et Lina El Arabi, des demi­frères et sœurs diamétralement opposés qui vont s’allier contre le clan de la Plaine Orientale.Le tournage de PLAINE ORIENTALE débutera le 24 avril et se terminera mi­ septembre. La série sera entièrement réalisée en Corse, à Bastia et sa région. Quand Reda sort de prison, il espère renouer avec son ancien complice devenu entre­temps le second de Carlotti, le Parrain qui règne en maître sur le nord de l’île. Reda a du mal à trouver sa place dans ce monde de voyous qui a beaucoup changé et comprend vite qu'il ne sera pas accepté par la bande de la Plaine Orientale. Au même moment débarque à Bastia sa demi­sœur Ines qu’il a perdue de vue depuis l’enfance. C’est aujourd’hui une jeune magistrate qui intègre le premier pôle anti­mafia constitué par la police et la justice locale. Déterminée à faire tomber le Parrain Carlotti, elle propose à Reda une alliance secrète. Se signe alors un pacte à haut risque entre les deux...     PLAINE ORIENTALE Une Création Originale CANAL+Une série de 8 épisodes de 52 minutesCréée par Pierre LecciaÉcrite par Pierre Leccia et Aurélie TeisseireRéalisée par Pierre LecciaMusique originale : Pierre GambiniProduite par Nicole Collet pour Image et Compagnie (Mediawan)Avec le soutien de Corsica Pôle Tournages et avec l’aide du CNCDistribution internationale : STUDIOCANALAvec Raphaël Acloque, Lina El Arabi, Veerle Baetens, Antonia Desplat, Aurélien Gabrielli, Cédric Appietto, Henri­Noël Tabary, Eric Fraticelli, Julie Ledru, Denis Pierinelli, Véronique Volta...   © Angela Rossi   DIRECTION DE LA COMMUNICATION Delphine Huchet / 01 71 35 24 71 delphine.huchet@canal­plus.com @DelphineHuchet Malo Evene / 01 71 35 62 65 malo.evene@canal­plus.com @MaloEvene https://pro.canalplus.com/